Cyclone Irma : mobilisation des forces armées

22 09 2017

Ouragan Irma - Déblaiement de rues à Marigot avec le RSMA de GC’est dans un contexte météorologique particulièrement exceptionnel en cette saison cyclonique sur l’arc antillais, que les forces armées ont engagé de nombreux moyens pour faire face à une situation d’urgence des plus délicates après le passage des cyclones Irma, José et Maria.2017_MFDF_056_A_006_066

Dès le 4 septembre, en prévision du passage de l’ouragan Irma dont l’intensité prévisionnelle de catégorie 5 constituait un danger majeur pour les Antilles, plusieurs moyens militaires ont été déployés ou mis en alerte. Deux frégates, « Ventôse » et « Germinal » basées à la base navale du Fort Saint-Louis à Fort-de-France, deux avions de reconnaissance Falcon 50, un avion de transport tactique Casa et deux hélicoptères Puma venus de Guyane ont été rapidement mis en alerte sur zone. Des premières rotations du Casa ont permis de pré-positionner sur Saint-Martin un échelon précurseur du 33ème régiment d’infanterie de marine (RIMa) ainsi qu’une équipe médicale du centre médical interarmées (CMIA) du Fort Desaix, 5 postes de secours mobiles de la sécurité civile et des renforts civils : pompiers, médecins,  afin de pouvoir être en mesure de porter secours aux populations sur les deux îles les plus impactées par le passage du cyclone.

Après le passage de l’ouragan, les éléments pré-positionnés la veille débutaient leur action au profit des populations sinistrées, tandis que le Falcon 50 de l’aéronavale, décollait pour un vol de reconnaissance afin de permettre d’établir une première estimation des dégâts. La frégate de surveillance « Ventôse », appareillait vers Saint-Martin avec à son bord, vivres et eau pour les populations ainsi qu’un module du régiment du service militaire adapté (RSMA) de Guadeloupe, spécialisé dans le déblaiement et l’évacuation. Le déblaiement d’une partie de la piste de l’aéroport de Marigot a permis au premier avion Casa de l’armée de l’air de se poser sur une piste réduite à 700 mètres permettant de rouvrir l’accès de l’île par l’aéroport. Plusieurs autres rotations ont permis de renforcer l’île en fret et personnels et d’évacuer des blessés.

L’arrivée de l’ouragan José a ensuite fortement compromis les opérations aériennes et maritimes. Le 09 septembre, après le passage de José, le pont aérien déjà mis en place a vu sa montée en puissance avec la réouverture de l’aéroport hollandais de Princess Juliana et l’arrivée notamment de deux A400M, d’un deuxième Casa. Ce dispositif aérien a permis de déployer une compagnie du 3ème régiment étranger de parachutistes (REI), une compagnie du 3ème régiment de parachutistes d’infanterie de marine (RPIMa). Ce pont aérien a permis d’alimenter Saint-Martin en vivres et en produits de première nécessité et de continuer les évacuations.

De son côté, la marine nationale, grâce à la présence de ses deux frégates « Ventôse » et « Germinal » a permis le débarquement de la totalité de leur fret humanitaire. Afin de renforcer ce dispositif maritime, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) « Tonnerre » a appareillé de Toulon avec à son bord plus de 1 000 tonnes de fret, des capacités de rétablissement sommaire, de mobilité aérienne, de distribution de carburant, d’hébergement et de reconnaissance sous-marine.

Après le passage de José, l’ouragan Maria a encore durement touché les Antilles et plus particulièrement la Guadeloupe et la Martinique. Il a également fortement impacté le déroulement des opérations de secours et d’assistance en interdisant toute opération aérienne ou maritime sur les Antilles pendant près de 36 heures.

Arrivée A400M aéroport du Lamentin

Au bilan, les moyens mobilisés par les armées depuis le 04 septembre sont sans précédent puisqu’en tout ce sont : 11 aéronefs qui ont réalisés plus de 200 liaisons aériennes (Casa : 112 liaisons, Puma : 56 liaisons, A400M : 35 liaisons). Ce dispositif a été complété par le soutien d’un C17 canadien qui a acheminé 32 tonnes de fret et d’un C17 britannique qui a acheminé 30 tonnes de fret.

Ainsi, le pont aérien et maritime a permis d’acheminer plus de 2 200 renforts (militaires, pompiers, gendarmes et sécurité civile) et plus de 200 000 litres d’eau vers les zones sinistrées.

La contribution des armées à ces missions d’assistance, de protection et de secours est conduite par le commandant supérieur (COMSUP) des forces armées aux Antilles (FAA), en liaison avec la préfecture de zone. L’ampleur du dispositif et le nombre de moyens déployés sont à la hauteur d’une véritable opération qui dans un souci de simplicité a été baptisée « Irma 2017 ».

Opération "Irma 2017"
Album : Opération "Irma 2017"
Photos des différentes actions menées par les forces armées suite au passage des cyclones Maria et José.
21 images
Voir l'album


Actions

Informations






Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus