• Accueil
  • > EMIA
  • > Exercice Cyclonex 2016 : faire face à une catastrophe naturelle

Exercice Cyclonex 2016 : faire face à une catastrophe naturelle

25 05 2016

2016MFDF031_001_188 (NXPowerLite)

Du 17 au 27 mai 2016, près de 950 militaires d’active et de réserve ainsi que les civils des Forces armées aux Antilles (FAA) ont participé à un entraînement opérationnel baptisé Cyclonex 2016. Ils ont été renforcés par les Forces armées en Guyane (FAG) et par des éléments des Régiments de service militaire adapté (RSMA) de Martinique et de Guadeloupe. L’entrainement s’est déroulé principalement en Martinique, mais également en Guadeloupe.

2016MFDF031_001_086 (NXPowerLite)Cette manœuvre militaire avait pour premier objectif de tester la résilience des unités des FAA, de leur personnel et de leur famille durant la première phase de jeu. Le deuxième objectif majeur était d’entraîner les FAA à conduire le déploiement et l’engagement de moyens militaires, basés en Martinique et en Guadeloupe, dans le cadre d’une intervention d’urgence après une catastrophe naturelle. L’enjeu était d’agir en coordination avec l’État-major interministériel de la zone Antilles et les RSMA.

2016MFDF031_001_176 (NXPowerLite)« La préparation opérationnelle est permanente » explique le colonel Jean-Pierre Lagaillarde, chef d’État-major interarmées. « L’excellence opérationnelle est longue à acquérir. Son entretien exige des périodes dédiées à la préparation opérationnelle générique, comme lors de l’exercice Cyclonex 2016, à la mise en condition avant projection ou déploiement et à la remise en condition opérationnelle après engagement ».

2016MFDF031_001_181 (NXPowerLite)Chaque année, les FAA organisent en amont de la saison cyclonique, qui débute officiellement en juin, un exercice de ce type. Un tel entrainement permet de mettre en œuvre les mesures de protection et de préservation et de se tenir prêt à intervenir en secours de la population.Un deuxième exercice de ce type sera à nouveau organisé à la rentrée, afin de mettre en condition les nouveaux arrivants, personnel et famille.

2016MFDF031_001_113 (NXPowerLite)L’édition en cours de Cyclonex a une ampleur particulière car des éléments de renforts des FAG et des RSMA sont intégrés et placés sous le contrôle opérationnel du commandant des forces armées aux Antilles. Les autorités civiles sont également impliquées avec à la fois l’activation du centre des opérations départemental de la préfecture de Martinique et le concours de plusieurs communes sur les deux îles. Ces dernières permettent notamment l’accueil des équipes de reconnaissances et de renseignements déployées sur le terrain.

En cas de cyclone, les FAA doivent être en mesure de recouvrir leurs capacités opérationnelles le plus rapidement possible. Sur demande de concours de la Préfecture, elles sont susceptibles d’apporter leur soutien dans la mise en place de moyens de reconnaissance, d’évaluation et de liaison. Les FAA peuvent également être engagées pour dégager et rétablir les réseaux routiers. Enfin, les militaires des forces armées ainsi que ceux du RSMA peuvent mobiliser hommes et matériels afin de participer à la reconstruction des installations portuaires et aéroportuaires, de secourir la population, de protéger les biens et participer ou organiser une chaîne de soutien logistique.

Les FAA garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées de premier plan sur le théâtre Caraïbe, en coordination avec les forces armées en Guyane. Les FAA conduisent trois missions principales : l’action de l’État en mer sous l’autorité du délégué du Gouvernement pour l’action de l’État en mer (DDG AEM) afin de combattre efficacement le narcotrafic en mer et de coordonner la mise en œuvre des plans d’urgence en mer, l’assistance aux populations en cas de catastrophe naturelle et la coopération internationale et inter-administration.


Actions

Informations






Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus