• Accueil
  • > CSN Martinique
  • > CSN Martinique : lancement du module « Perception des risques routiers » de la Journée Défense et Citoyenneté

CSN Martinique : lancement du module « Perception des risques routiers » de la Journée Défense et Citoyenneté

29 01 2016

DSC02216 (NXPowerLite)

Mardi 26 janvier 2016, sur le site militaire du quartier Gerbault, les forces armées aux Antilles et le centre du service national (CSN) de Martinique, avec l’appui de la délégation à la sécurité routière de la préfecture de Martinique, l’escadron de sécurité routière (EDSR) de la gendarmerie nationale, la collectivité territoriale de Martinique (CTM) et l’association « Prévention MAIF », ont conduit une JDC exceptionnelle axée sur le thème de la sécurité routière.

 

Cette action s’inscrivait dans le cadre du lancement du nouveau module « Perception des risques routiers » intégré au programme national de la JDC depuis le 1er janvier 2016.

 

DSC02159 (NXPowerLite)Cent trente-trois jeunes Martiniquais étaient présents à cette session JDC et en ont été les premiers témoins, aux côtés notamment de Monsieur François de Kérever, sous-préfet, directeur de cabinet du Préfet de la Martinique et délégué à la sécurité routière, de Monsieur Yann Monplaisir, 1er vice-président de l’assemblée territoriale de Martinique et de celle du colonel Jean-Claude Bréjot, adjoint interarmées représentant le commandant supérieur des forces armées aux Antilles.

 

Dans le cadre de cette opération, un espace d’échange entre les jeunes appelés et les partenaires de lutte contre l’insécurité routière a été créé. Il a été ouvert par le discours inaugural prononcé respectivement par M. le sous-préfet, délégué à la sécurité routière et M. le vice-président de l’assemblée territoriale de Martinique. Au regard du nombre de tués sur les routes de Martinique notamment en 2015 et depuis le début de l’année, ces discours ont été unanimes sur la pertinence de l’introduction de ce module au programme de la JDC, qui reste un rendez-vous incontournable pour toute cette jeunesse française âgée entre 16 et 25 ans.

 

DSC02246 (NXPowerLite)Cet espace d’échange privilégié a été l’occasion de sensibiliser les jeunes, de manière originale, ludique et interactive, sur les risques routiers, afin de les inciter à adopter un comportement responsable sur la route, au volant d’une voiture ou au guidon d’un deux-roues. Le volet règlementation y a été largement abordé par les gendarmes de l’EDSR. Par ailleurs, des ateliers de démonstration et de présentation de matériel pédagogique (simulateur scooter, radar mobile, éthylotest, éthylomètre, motocyclettes, kits salivaires …) ont été mis en œuvre par les différents partenaires.

 

Parole de jeune : Yanista, jeune appelée de 17 ans.

Si on m’avait dit de rester là !

DSC02282 (NXPowerLite)J’ai déjà été sensibilisée à la sécurité routière à l’école, mais sur un ton humoristique. Aujourd’hui, le cadre dans lequel s’opère cette sensibilisation (à l’occasion de ma JDC, cadre militaire avec un caractère solennel), l’âge auquel elle est dispensée (proche de l’obtention de mon permis de conduire et de ma majorité) ainsi que les supports pédagogiques « chocs » choisis permettent une réelle prise de conscience des dangers de la route sous l’emprise de stupéfiants ou d’alcool.

Les vidéos m’ont marquée…. Cela m’appelle à être plus mature et responsable. Je ne suis pas conductrice de deux-roues mais je passerai le message à mes amis notamment pour le port du casque… Quand une connaissance prenait la route, par automatisme, j’avais pour habitude de dire « prudence sur la route ». Aujourd’hui, je mesure la portée de cette expression.

Je prends également la responsabilité de dire à mes amis « non ne prends pas le volant ! » quand la situation n’est pas propice. Comme l’ont illustré les vidéos, cela pourra peut-être éviter une mutilation, un handicap, des dommages collatéraux, des remords mais aussi la mort. Cette année nombre d’entre-nous fêterons leur bac, il faudra être vigilant, ne pas hésiter à le dire à un jeune alcoolisé pour éviter ces drames et qu’au final, dans un profond désespoir, mais trop tardivement, il ne se dise « si on m’avait dit de rester là ! ».


Actions

Informations






Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus